Là où se trouve ma pataugeoire, se trouve également une charmante rue piétonne, la rue des Bains, et une rue principale qui mène directement à la mer, la rue de Paris. Dans ces deux rues, et quelques autres adjacentes, a lieu annuellement, généralement mi-août , la « brocante des commerçants » et le vide-grenier (que les Américains appellent Garage Sale) des particuliers.


Au fil des ans, j’y ai trouvé pas mal de choses: des Playmobil, des boutons anciens, des livres, de la vaisselle… Cette année, rien ne m’a tentée, à part une petite commode mais que je n’aurais su où mettre. Mon oeil a pourtant été attiré par

une table sur laquelle trônait un assortiment de sabres et couteaux japonais. En tant que mère de jeune rôliste, c’était mon devoir que de m’enquérir des prix. Et de la raison de la vente.

Tom Cruise, « Le dernier Samouraï », film d’E. Zwick, 2003

Madame et Monsieur, pas très jeunes ni l’un ni l’autre, s’étaient récemment mariés (premier mariage pour l’un et l’autre, ai-je supputé). Madame, à qui j’ai d’abord parlé, a exigé de Monsieur  qu’il brade tout son fourbi (elle n’a pas employé ces mots exactement mais le coeur y était!).  Monsieur a confirmé cette version plus tard.
Exit (exeunt, même) « Kill Bill » et « Le dernier samouraï ».

Uma Thurman dans « Kill Bill » de Quentin Tarantino, 2003

Bienvenue dans l’univers des Bidochon. On parle d’univers fantasmés, pas de la vraie vie de ces braves personnes….

Les Bidochon, scénario et dessin : Binet

Bref, quelques moments plus tard, retour au stand avec le rôliste qui avait réussi à se lever.
On a acheté ces trois merveilleux sabres, essentiellement pour leur fabuleuse poignée… Il faut mettre quelques superlatifs pour faire passer la vision. Immonde, horrible, kitsch, conviendraient tout aussi bien.

Un gros plan?

Le soir, remords du rôliste qui avait pas mal hésité pour son achat et retour au stand. Entretemps, il avait plu et les rues se vidaient. Deuxième acquisition, au même prix que la première.Tout n’avait pas été vendu, ce qui n’était pas une surprise en soi …

Rôliste : + 6. Mère de rôliste : – 50

Bilan. Rôliste  : + 6 (sabres). Mère de rôliste : – 50 (euros).

Quelques jours après, dans une braderie de magasin, j’ai trouvé ces deux bestiaux. Un gavial du Gange et un alligator du Mississipi.

Gavial (à gauche) et alligator

Le crocodile est mon nouvel animal fétiche.
Dans ce rôle, il succède à l’hippopotame. N’y voyez pas un choix personnel, c’est une prescription faite par une personne spécialiste du domaine animal.
Le point commun entre les deux? Aucun, à part que ce sont des animaux semi-aquatiques, dangereux l’un et l’autre mais de manière très différente.
L’hippopotame est un des très rares animaux dont le crocodile a peur. On peut référer aux ineffables « Dingodossiers » (Gotlib au dessin/Goscinny au scénario) et autres « Rubrique à Brac » de Gotlib (Dargaud) où l’on voit les hippopotames transformer les crocodiles en sacs à main et autres babioles.