En 2013, sur cents – et un peu plus- films français sortis entre janvier et décembre, il y a des films que j’ai vus et aimés, parfois même beaucoup.
Des films que j’ai vus et qui ne m’ont pas passionnée.
D’autres que j’aurais dû voir et que j’aurais peut-être aimés.
D’autres encore que je suis contente d’avoir ratés.
Et d’autres dont je ne me rappelle pas avoir entendu parler !

Numéro Un : Tip Top de Serge Bozon (excellent article sur Next/Libération) dont j’ai parlé ici. Film à voir sans préjugés sur les acteurs et l’histoire. C’est le meilleur film français de 2013.


100% cachemire
de Valérie Lemercier, un film réussi sur l’amour qu’un homme et une femme peuvent se porter dans un couple malgré les obstacles et les à-côtés.
Un château en Italie de Valéria Bruni-Tedeschi est pas mal du tout. Mmmm… , le charme de la langue italienne !
Les beaux jours
de Marion Vernoux, à voir surtout pour Fanny Ardant en blonde et Laurent Laffitte en séducteur. Ainsi que Le passé d’Asghar Fahradi pour le pavillon de banlieue et le jeu plutôt juste de Tahar Rahim.

Tirez la langue Mademoiselle
d’Axelle Ropert, ne m’a pas emballée sauf pour sa manière de filmer le quartier « Chinatown » de la porte de Choisy à Paris. Pas plus que Möbius d’Eric Rochant, invraisemblable et plutôt mal joué (Jean Dujardin ne serait-il pas un acteur surfait?).

J’aurais aimé voir

Opium d’Arielle Dombasle, car elle a un vrai tempérament d’artiste sous sa façade sophistiquée et superficielle, Jeune et Jolie de François Ozon et Les salauds de Claire Denis, réalisateurs dont j’ai toujours aimé les oeuvres.
L’écume des jours
de Michel Gondry, réalisateur original, était peut-être réussi mais mon souvenir de ce livre ne collait pas avec Audrey Tautou et Romain Duris et la bande-annonce me l’a confirmé. Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay aurait pu me plaire à cause de Fabrice Lucchini.

Bien que certains de mes acteurs et actrices favoris figurent au générique ou que leur réalisateur/trice ait déjà fait des choses intéressantes, je n’ai pas eu envie d’aller voir Amour et Turbulences d’Alexandre Castagnetti (Ludivine Sagnier aurait bien été la seule raison d’y aller), ni Une histoire d’amour d’Hélène Fillières (franchement le couple Poelvoorde/Casta est peu crédible), ni La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (trop long), pas plus que 9 mois ferme d’Albert Dupontel (c’est sa présence comme acteur qui m’a dissuadée).
Violette de Martin Provost n’avait franchement rien d’attirant (Emmanuelle Devos ne ressemble en rien à Violette Leduc, quant à Sandrine Kiberlain en Simone de Beauvoir, c’est carrément grotesque). Avant l’hiver, de Philippe Claudel, Max de Stéphanie Murat (pour Joey Starr, on se contentera de se rappeler l’époque où il était suivi quasiment jour et nuit pour une émission de télévision dont j’ai oublié le nom. C’était tordant – au second degré-) et Angélique d’Ariel Zeitoun sont tout à fait dispensables.

La (re)lecture des « Angélique » d’Anne Golon est vivement recommandée. C’est bien écrit, très bien documenté et certains sont purement passionnants : les deux premiers notamment « Angélique, marquise des Anges » et « Le chemin de Versailles », et « Angélique et la Démone » qui raconte les histoires de sorcellerie sous Louis XIV et la fameuse marquise de Brinvilliers, décapitée en place de Grève en 1676. L’idéal est de les lire dans les éditions d’origine Colbert et Trévise avec leurs couvertures kitsch et qu’on trouve facilement dans la plupart des brocantes et vide-greniers.