Une femme, des parfums… Quel parfum pour l’hiver ?

 


Sur son blog hébergé par le site de l’Express « Mon aparté beauté », Elodie Bousquet parle souvent de parfums.
Dans le post intitulé« Fragance Fixette », elle s’y décrit  comme «une sorte de perfume alcoholic », possédant « -au bas mot- une parfums » pour être échangés avec d’autres. »
J’avoue que moi aussi, je suis depuis quelques (et même plus que ça) années déjà une « Madame Parfums » – c’est le petit nom donné à la blogueuse par sa mère ! L’idée même d’avoir le parfum de ma vie, le seul, l’unique, m’a toujours paru absurde.
Il y a des parfums d’hiver et des parfums d’été.


Ceux qu’on met quand on est déprimée, ceux qu’on met pour aller travailler.

Ceux qu’on met pour séduire, ceux qu’on met pour aller à un diner en famille.
Bref, une femme, des parfums!
Comme tout le monde, j’ai commencé par en acheter en parfumerie, tout d’abord pour en offrir (à ma mère, ma grand-mère), puis pour en acheter pour moi. Jeune, j’aimais les parfums forts, les « orientaux » (j’ai vu la naissance du parfum Opium) et les vendeuses voulaient toujours me faire acheter des parfums légers « pour jeunes filles », comme l’Air du temps ou Anaïs Anaïs que je repoussais avec indignation ! Et je n’achetais que des eaux de parfum ou mieux encore des extraits qui tiennent mieux et sont plus sophistiqués.

Mais les parfums sont chers…

… et il est parfois difficile de se décider à en acheter un dont on se lasse après quelques pschitts. Il y a quelques années les nouveautés parfumées se sont multipliées, les marques sortant beaucoup plus de parfums qu’avant ou des variantes sur les parfums traditionnels (comme Opium, Shalimar, Coco, etc) et, pour la première fois, j’ai trouvé des parfums soldés dans les grands magasins. Finalement les sites de ventes privées ont accéléré cette addiction aux sillage en tout genre. Comme je connais mes goûts j’achète des parfums en fonction de leur composition et le plus souvent des parfums en voie de disparition ou introuvables en magasins. C’est un petit risque à prendre mais j’ai rarement été déçue.

Quand les températures tombent, j’ai une préférence pour les orientaux ou les chyprés que je sens jusqu’à la fin du jour et même une bonne partie de la nuit ! M’accompagnent par exemple Pour une femme de Caron, créé en 2001, chypré floral (fleur d’oranger, rose et musc) ou Love in Paris de Nina Ricci, floral persistant ou bien encore Rykiel Woman, classé comme floral boisé (violette, jasmin, poivre, cuir) et dont l’approche est effectivement légère mais dont la tenue au fil des heures s’avère plus épicée, plus soutenue. En revanche, j’ai délaissé Shalimar, l’oriental par excellence (jasmin, iris, vanille, fève tonka), pourtant longtemps porté.
La boite et le flacon du parfum de Caron sont peut-être un peu un peu vieillots, le parfum ne l’est pas et d’ailleurs, la publicité de l’époque, plutôt sexy, nous raconte qu’avec ce parfum, non seulement on plait aux (beaux) hommes (musclés) mais ils sont tout prêts à partager leur odeur avec nous !

J’aime aussi le flacon du Rykiel avec son bouchon à grosses pastilles dorées, très festif.
Celui de Love in Paris m’évoque, je ne sais pas pourquoi, un aéroport des années 1970 ou un bateau de course, bref, plutôt un parfum pour homme que pour femme. Il est pourtant très féminin à porter.

Elodie de « Mon aparté beauté » , elle, a en ce moment un gros faible pour « Nuit étoilée » d’Annick Goutal (les parfums d’Annick Goutal ne me parlent pas trop même si les flacons sont toujours beaux et les noms oniriques).

Et vous ?
Quels parfums accompagnent votre hiver ?
Très bonne année 2013 en volutes et effluves!!