Ici, sur ce blog, on n’a évidemment rien contre les Quinquas fringant(e)s puisque nous en sommes une, mais le sacré coup de vieux, c’est Bruce Willis qui l’a pris dans « Looper »…. Les plans où on voit l’acteur au lit avec sa jeune épouse chinoise ne nous épargnent rien de ses cheveux grisonnants et clairsemés vus du dessus.
Je ne dis pas ça pour me/vous rassurer mais même les acteurs les plus actifs finissent par vieillir. Oui même Harrison Ford et Alain Delon! Cela dit, vers la fin du film, et pour qui a aimé la série des « Die hard », le « vieux » Bruce – Joe dans le film- dessoude à lui tout seul un nombre impressionnant de truands. Le message subliminal est peut-être: vieux oui mais actif.
Le film en lui-même repose sur le postulat que la machine à voyager dans le temps existe mais qu’elle est aux seules mains des gangs mafieux urbains qui l’utilisent de manière assez inventive. On est en 2044. Comme dans un avenir assez proche, 2074, se débarrasser des cadavres de ses ennemis est difficile, les mafieux envoient les « contrats » 30 ans en arrière, grâce à cette fameuse machine à voyager dans le temps.  Des tueurs à gages, plutôt jeunes et têtes brûlées, ont comme mission de » réceptionner » (comprendre: exécuter) la personne à tuer,  qui leur est livrée dans un lieu peu habité avec un sac sur la tête et des lingots d’argent dans le dos. Ce qui est leur salaire. Quand ce sont des lingots d’or attachés au dos de la victime, c’est eux-mêmes qu’ils doivent tuer,  la personne qu’ils seront 30 ans plus tard. Logique : des truands se font tuer par d’autres truands. Il leur reste donc 30 ans à vivre à partir de cette exécution qui marque la fin de la boucle dans le temps.
Vous n’avez pas tout compris? Peu importe*.

On trouve dans ce film des villes futuristes, une jeune femme qui vit dans une ferme isolée avec son jeune fils (extraordinaire Pierce Gagnon), Joe le tueur à 30 et 60 ans (joué respectivement par Joseph Gordon-Lewitt, qui jouait dans Inception et a dans ce film une mine épouvantable tout du long, et Bruce Willis), un chef de mafia (joué par Jeff Daniels, qui, lui aussi, en a pris un sacré de coup de vieux) et ses troupes, parmi lesquels quelques beaux mecs.
Peu d’effets spéciaux dans ce film qui se repose plutôt sur un scénario complexe et des personnages assez fouillés (pour un film américain du moins).

On retrouve quelques références cinématographiques. Hitchcock est cité pour les plans du champ de maïs, mais je dirais plutôt « Phénomènes » de M. Night Shyamalan qui nous montrait ces fermes isolées et un peu vétustes dont les films américains raffolent. Terminator 2 pour le rôle de la mère qui va tout faire pour sauver son fils promu à un destin extraordinaire et les abîmes inter-temporels. Et en arrière-fond, tous les films d’action de Bruce Willis.

Au fait, ai-je écrit plus haut « jeune » épouse? Oui, hélas. Né le 19 mars 1955, Bruce Willis est, dans le film, l’époux d’une actrice née le 22 janvier 1969. 14 ans de différence quand même. On a vu pire dans le cinéma français comme américain …. Et dans la vraie vie, il est l’heureux époux d’une Emma Heming née le 18 juin 1978. Soit 23 ans de différence.

* Si vous tenez à faire travailler votre cerveau, ce site vous y aidera. Ne vous laissez pas rebuter par son nom « Oblikon.net », ni son sous-titre, « le portail de la culture geek », il y a de bons articles.